Le travail de broderie des Bakarwals
Après quinze jours passés dans la vallée de Srinagar afin de visiter des ateliers et rencontrer des artisans, on est revenu avec une image différente du Cachemire que celle véhiculée par les médias et surtout un autre regard sur l’artisanat du Cachemire.
17191
post-template-default,single,single-post,postid-17191,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
 

Le travail de broderie des Bakarwals : L’évolution des Namdas aux sacs de ciment

mad BAKARWAL india

Le travail de broderie des Bakarwals : L’évolution des Namdas aux sacs de ciment

Après quinze jours passés dans la vallée de Srinagar afin de visiter des ateliers et rencontrer des artisans, on est revenu avec une image différente du Cachemire que celle véhiculée par les médias et surtout un autre regard sur l’artisanat du Cachemire.
Certes, l’artisanat est riche et varié mais au contact des artisans on s’aperçoit que ce secteur a peu évolué au fils des années et pire, il semble que les artisans ont une piètre estime d’eux-mêmes. Faute de soutien gouvernemental, ils souffrent d’un manque de visibilité sur les marchés. En effet, leur vente est en déclin et leur savoir se perd. Le manque de perspectives fait que certains des artisans se retrouvent à vendre des légumes afin de subvenir à leurs besoins. Comme nous l’expliquait l’un d’entre eux : “Avec 60 roupies perçus en moyenne par objet vendu, il n’est pas possible d’assurer une vie digne à ma famille composée de 5-6 personnes”.

La situation semble différente lorsque des initiatives sociales opèrent sur place. C’est le cas de l’initiative Shepherd Crafts (Les crafts des bergers) qui soutient les femmes-artisans à Pahalgam, un village situé à 80 km au sud-est de Srinagar. Grâce à un investissement responsable, les femmes issues des communautés Gujjars et Bakarwals portent la technique de la broderie à un autre niveau. L’entreprise sociale de SC contribue non seulement à la diffusion et à la commercialisation de leurs produits, mais aussi cultive l’auto-responsabilité et la créativité de ces groupes nomades.

Ainsi, en fournissant matériel, infrastructure et salaire, l’activité traditionnelle de la broderie renaît. Les ainées transmettent leur savoir aux femmes de la nouvelle génération, connaissances qui sont ensuite appliquées directement à la conception de nouveaux objets. Les sacs à ciment brodés des Bakarwals en sont un exemple parfait.
Les sacs à ciment s’apparentent aux namdas, tapis feutrés, dont le processus de fabrication est assez simple aussi.